Dispositif d’ateliers de création en milieu carcéral et de correspondance cinématographique entre personnes détenues, jeunes mineurs sous main de justice, et société civile.Il vise à insérer la question de la prison dans la Cité et dans le « souci démocratique » que connaît la Tunisie depuis le 14 janvier 2011, à faire circuler du dedans au dehors, et vice-versa, d’autres images du monde, d’autres représentations de l’enfermement.


durée du projet : 1er octobre 2012, 1er octobre 2016
durée des ateliers : mars 2015, septembre 2016


Thème de réflexion et de réalisation
Le point de départ de la réflexion et de la correspondance cinématographique s’établit autour de La République de Platon.
Loin d’être un prétexte, La République de Platon est plutôt un chantier fertile où personnes détenues, jeunes mineurs sous main de justice, et participants de la société civile dialoguent, inventent des formes d’écritures cinématographiques et des dispositifs de mise en scène.
Le retour à Platon permet de déplacer le questionnement sur la justice et le processus de démocratisation, de l’aborder par le biais d’un trajet plus important dans le temps qu’on ne le fait ordinairement.


Dispositif
Le dispositif concentre son action sur trois groupes cibles : un groupe de personnes détenues et de jeunes mineurs sous main de justice, un groupe de représentants de la société civile, et un public, le plus large possible, géographiquement et quantitativement, qui sera invité à suivre les débats et les étapes du projet.


Les ateliers : Réflexion, formation et production théâtrale et audiovisuelle au centre pour mineurs d’El Mourouj et à la prison de Mahdia.


Réalisation hors les murs : À partir de La République de Platon, différentes personnalités de la société civile s’engageront dans une correspondance cinématographique avec les personnes détenues et les jeunes mineurs sous main de justice.


Rencontres avec le public : Débats et projections publiques autour de l’action et de la production des ateliers, colloques sur le développement de l’action artistique et culturelle en milieu pénitentiaire


Le projet est financé par la Délégation de l’Union
européenne en Tunisie.


Partenaires et associés
• Délégation de l’Union européenne en Tunisie
• Ministère de la justice
• Direction Générale des Prisons et de la Rééducation
• Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme
• Fédération Tunisienne des Ciné-Clubs
• Cultures, publics et territoires
• Institut français de Tunisie